L’anémie ferriprive, symptômes, causes et traitement

L’anémie ferriprive est due à une carence en fer, suite le plus souvent à une perte de sang ou à une grossesse. Elle est traitée avec des comprimés de fer prescrits par le médecin et en consommant des aliments riches en fer.

Comment savoir si vous souffrez d’anémie ferriprive ?

Les symptômes de l’anémie ferriprive incluent :

  • la fatigue et le manque de vitalité,
  • l’essoufflement,
  • des battements cardiaques perceptibles (palpitations cardiaques),
  • une peau pâle.

En présence de ces symptômes, il vous est conseillé de consulter votre médecin. Une simple prise de sang confirmera alors si vous êtes anémique. Il s’agit de déterminer votre numérotation globulaire, en d’autres termes de voir si le taux de vos globules rouges est normal ou non.

Comment se passe la consultation chez votre médecin ?

Pendant la consultation, votre médecin vous posera des questions sur votre mode de vie et vos antécédents médicaux.

Si la raison de l’anémie n’est pas tout à fait évidente (comme la grossesse), il pourra vous demander d’effecteur certains examens médicaux.

Il se peut également qu’il vous réfère auprès d’un spécialiste.

Traitement de l’anémie ferriprive

Une fois la cause de l’anémie identifiée (un ulcère ou des règles abondantes par exemple), votre médecin vous recommandera un traitement.

Si votre analyse sanguine révèle que votre taux de globules rouges est faible, il vous prescrira des comprimés de fer pour remédier à la carence. Il s’agit de médicaments plus efficaces que les compléments alimentaires vendus en pharmacie ou dans les grandes surfaces.

Remarques :

  • La prise de comprimés de fer en cas d’anémie doit s’effectuer sur 6 mois. Pour faciliter leur absorption, il est conseillé de boire du jus d’orange après chaque prise.
  • Certains effets secondaires peuvent survenir : constipation, diarrhée, douleur au ventre, brûlures d’estomac, malaise, ou selles noires. Pour les limiter, prenez les comprimés pendant ou juste après le repas.
  • Gardez les comprimés de fer hors de la portée des enfants. Une surdose de fer chez un jeune enfant peut être mortelle.
  • Au cours des prochains mois, votre médecin pourrait effectuer des prises de sang répétées, afin de vérifier que votre taux en fer est revenu à la normale.

Alimentation et anémie ferriprive

Si votre alimentation est en partie à l’origine de votre anémie ferriprive, votre médecin vous suggèrera de privilégier certains aliments riches en fer et d’en réduire d’autres.

Les aliments riches en fer :

  • les légumes à feuilles vert foncé tels que le cresson et le chou frisé,
  • les céréales et le pain enrichis en fer,
  • la viande,
  • les légumineuses (haricots, pois et lentilles)

Ce qu’il faut réduire :

  • le thé,
  • le café,
  • le lait et les produits laitiers,
  • les aliments à forte teneur en acide phytique (comme les céréales complètes), qui peuvent empêcher l’organisme d’absorber le fer contenu dans d’autres aliments et les comprimés.

Importance du traitement de l’anémie ferriprive

Si l’anémie ferriprive n’est pas traitée, cela peut :

  • accroître le risque de maladie et d’infection : une carence en fer affecte le système immunitaire ;
  • augmenter le risque de développer des complications touchant le cœur ou les poumons (tachycardie, insuffisance cardiaque…).
  • pour les femmes enceintes, favoriser les risques de complications pendant l’accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *