Révolution des énergies renouvelables en Amérique latine !

Pendant des siècles, les ressources naturelles de l’Amérique latine ont contribué à faire bouger l’économie mondiale.  Une masse monétaire qui a financé l’empire espagnol en passant par les exportations de fer et de cuivre qui reconstruisent actuellement la Chine, les ressources naturelles d’Amérique latine sont depuis longtemps vendues dans le monde entier. Mais aujourd’hui, la croissance des énergies renouvelables dans toute la région crée un nouveau phénomène économique, l’exploitation de ces ressources naturelles pour la croissance intérieure. Ces dernières années, l’Amérique latine a fait d’énormes progrès dans l’exploitation de ses ressources énergétiques renouvelables comme par exemple les éoliennes, le solaire, géothermie et les biocarburants. Elle est maintenant à l’aube d’une révolution énergétique qui remodèlera la région et créera de belles opportunités d’affaires pour l’année 2018.Cependant certaines ressources resteront encore problématiques pour des années à venir…

La dépendance au pétrole

Actuellement, l’Amérique latine est encore très dépendante d’une autre de ses ressources naturelles, le pétrole. Selon la Revue statistique de BP, l’Amérique latine représente plus de 20 % des réserves mondiales de pétrole, ce qui en fait la deuxième région pétrolière la plus importante du monde, ce qui explique sans doute pourquoi elle dépend tant de ces ressources. En 2013, le pétrole représentait 46 % de l’approvisionnement total en énergie primaire, soit bien plus que la moyenne mondiale de 31 %.

En ce qui concerne le transport, le carburant à base de pétrole est susceptible de conserver sa position pendant un certain temps encore. Les voitures électriques et les hybrides ont été lents à avoir un impact au niveau mondial, et en Amérique latine ils sont à peine présents.

Le Brésil a fait des progrès impressionnants avec les substituts à l’éthanol, mais le pétrole et ses dérivés restent le premier choix. En outre, la flotte de transport désuète d’Amérique latine, qui se compose en grande partie de véhicules provenant des États-Unis ou d’anciens modèles produits localement et consommant plus que les modèles dit standarts.

Ce qui est positif et à retenir c’est que le secteur de l’électricité en Amérique latine a déjà fortement commencé à se libérer de sa dépendance au pétrole. Elle devrait presque doubler sa production d’électricité entre 2015 et 2040 et aura besoin de 1 500 térawattheures (TWh) supplémentaires. C’est une quantité énorme, suffisante pour alimenter tout le réseau électrique du Royaume-Uni pendant cinq ans. Pratiquement aucune des nouvelles grandes centrales électriques d’Amérique latine ne sera alimentée au pétrole, ce qui ouvre la voie à de nouvelles technologies et de nouveaux marchés dédiés aux énergies renouvelable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *